CHŒUR, subst. masc.

http://atilf.atilf.fr/tlf.htm

A. Arts lyriques et chorégraphiques.
1. ANTIQUITÉ
a) Groupe de personnes dansant ou marchant en cadence. Un chœur de danse; le chœur des muses; le chœur dansant des blondes Néréides. P. ext. Les chœurs de danse de l'Opéra; un chœur de danse villageoise :

1. Entourée de tout un chœur de danseurs et danseuses russes en habits nationaux et bottés de rouge, ...
G. LEROUX, Rouletabille chez le tsar, 1912, p. 82.

b) THÉÂTRE. Ensemble de choreutes qui présentent l'action et en commentent le développement. Chœur antique, thébain :

2. ... qu'est-ce que le chœur [de la tragédie grecque], ce bizarre personnage placé entre le spectacle et le spectateur, sinon le poëte complétant son épopée?
HUGO, Cromwell, 1827, préf., p. 5.

3. ... le chœur de la tragédie grecque, (...) souvent exprime les pensées secrètes du principal personnage, secrètes pour lui-même ou imparfaitement développées, et lui présente des commentaires, prophétiques ou relatifs au passé, propres à justifier la Providence ou à calmer l'énergie de son angoisse, ...
BAUDELAIRE, Paradis artificiels, Le Spectre du Brocken, 1860, p. 458.

 P. méton. Ce que récite, chante un chœur. Les chœurs d'Eschyle.
P. anal. Intermèdes lyriques chantés ou déclamés dans certaines œuvres dramatiques, en particulier les chœurs d'Athalie, d'Esther.
P. ext. Chœur parlé. Récitation chorale, déclamation collective.
2. MUS., THÉÂTRE
a) Ensemble réuni pour une expression vocale (à l'unisson ou à plusieurs parties) ou instrumentale. Le chœur philharmonique de Vienne; symphonie avec chœurs, soli et orchestre. Un chœur de sirènes ( R. DUMESNIL, Hist. illustrée du théâtre lyrique, 1953, p. 140) :

4. La vigne cachait l'orchestre, que l'on ne voyait pas, et qui chantait derrière comme un chœur de vendange, le soir.
E. et J. DE GONCOURT, Charles Demailly, 1860, p. 209.

SYNT. a) Chœur alterné, à bouches fermées; chœur de musique à dix, quinze voix; chœur majestueux, mixte, polyphonique, suave, final. b) Le chœur des bacchantes, des fileuses, des matelots, des nymphes, des pèlerins, des vieillards; chœur d'opéra, à trois parties; les chœurs d'orphée, de l'Armée Rouge.
b) P. anal. Le chœur des anges, des chérubins, des justes; chœur mystique. Un chœur d'esprits bienheureux, chante au haut du ciel (CHATEAUBRIAND, Génie du christianisme, t. 2, 1803, p. 357).
Le chœur des cigales, des coqs, des crapauds, des passereaux, des phoques. Le chœur grésillant des insectes invisibles (A. ARNOUX, Zulma l'infidèle, 1960, p. 214).
3. P. ext.
a) Groupe de personnes s'accordant sur les mêmes opinions ou propos; ayant les mêmes buts ou aspirations. Le chœur législatif. Mme Geoffrin (...) avait été célébrée sur tous les tons par Thomas, l'abbé Morellet et tout le chœur des gens de lettres (SAINTE-BEUVE, Nouveaux lundis, t. 4, 1863-69, p. 27). Et le chœur des femmes se lamenta sur la rareté et la cherté des vivres (A. FRANCE, Les Dieux ont soif, 1912, p. 74). Absol. L'opinion publique. Jean Marais s'attache aux beautés ingrates. Son instinct le dresse contre le chœur, le vox populi, le verdict des élites (COCTEAU, Poésie critique, 1, 1959, p. 236) :

5. [Dos Passos] feint de nous présenter les gestes comme des événements purs, comme de simples dehors... Mais ce n'est qu'une apparence : il adopte en fait, pour les retracer, le point de vue du chœur, de l'opinion publique.
SARTRE, Situations I, 1947, p. 21.

b) Cf. chorus B. Montès fut interrompu par des bravos et des applaudissements unanimes... Ce fut un chœur (BALZAC, La Cousine Bette, 1846, p. 376).
Faire chœur avec qqn. Le drame de Saint-Just est d'avoir (...) fait chœur, par moments, avec Marat (CAMUS, L'Homme révolté, 1951, p. 160).
Mener le chœur. Mme de Grammont (Mlle Hamilton) eût été (...) une de ces femmes qui auraient pris plaisir à mener le chœur et le cortège des admiratrices de Racine (SAINTE-BEUVE, Nouveaux lundis, t. 10, 1863-69, p. 395).
P. métaph. Le chœur des astres. Les platanes des quais de la Seine, chœur d'arbres magnifiquement inclinés, fiancés à la courbe du fleuve (A. ARNOUX, Les Gentilshommes de ceinture, 1928, p. 50).
4. Expr. En chœur. Tous ensemble. Réciter, reprendre en chœur; chanter les psaumes, un refrain, une strophe en chœur. Les femmes (...) dansaient en cercle et chantaient en chœur (J. CUISINIER, La Danse sacrée en Indochine et en Indonésie, 1951, p. 23).
Au fig. :

6. ... ils dénonçaient en chœur le charlatanisme des artistes modernes, le snobisme du public, la décadence de la France et de la civilisation : ...
S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 223.

B. ARCHIT. Partie de l'église située en tête de la nef où se tient le clergé affecté à cette église, en particulier le clergé chantant l'office canonique. Chœur bizantin, gothique, du XIIe s., la grille du chœur. Il [Ronsard] fut enterré dans le chœur de l'église du prieuré sans aucune pompe (SAINTE-BEUVE, Tabl. hist. et crit. de la poésie fr. et du théâtre fr. au XVIe s., 1828, p. 304) :

7. On appelait autrefois Chœur majeur ou haut Chœur les stalles supérieures [de l'église], réservées aux chanoines, et bas Chœur les sièges occupés par les chantres, clercs ou laïcs.
M. BRENET, Dict. pratique et hist. de la mus., 1926, p. 75.

 P. ext. Ensemble des chantres qui répondent à la messe. Prêtres du chœur (vx); le maître de chœur.
Cour. Enfant de chœur. Celui qui assiste le prêtre au cours d'un office religieux. Enfant de chœur en surplis, en calotte rouge. L'enfant de chœur avec sa voix fraîche de fille (VERLAINE, Premiers vers, 1858-66, p. 11).
Au fig., fam. Personne très naïve. J'ai pensé que ... on n'était ni toi ni moi des enfants de chœur (P. VIALAR, La Rose de la mer, 1939, p. 106).
Prononc. et Orth. : []. Pour la prononc. de l'initiale par [k] cf. lettre C, graph. ch. Ds Ac. 1694-1932. Homon. cœur. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1120 théol. p. anal. avec les chœurs des anges li cuers des apostles [apostolorum chorus] (Psautier Cambridge, Te Deum, 7, éd. Fr. Michel, p. 281); 1223 les cuers des angeles (G. DE COINCY, éd. F. Koenig, II, Mir., 28, 268); 2. ca 1120 « groupe de personnes chantant des chants religieux » ici appliqué à des oiseaux (St Brendan, éd. E. G. R. Waters, 580); 3. a) 1568 théâtre antique chore (L. LE ROY, trad. des Politiques d'Aristote, III, 2 Commentaire ds HUG.); b) 1568 chœur théâtre (GARNIER, Porcie ds IGLF; cf. aussi Bradamante, Argum. 97, IV, p. 5, ibid. : Et par-ce qu'il n'y a point de Chœurs, comme aux Tragedies precedentes, pour la distinction des Actes); 4. 1704 « partie d'une œuvre musicale chantée par plusieurs personnes » (Trév.). B. Ca 1150 quer « partie d'une église où est placé l'autel, autour duquel les clercs chantent la messe » (WACE, St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 882); 1357 chœur (d'apr. D. LOTTIN, Recherches hist. sur la ville d'Orléans. I, 154 ds IGLF). Adaptation, faite à différentes époques, du lat. class. chorus « danse, groupe de danseurs et de chanteurs » (sens 3 a), en partic. « chœur de la tragédie antique », du gr.  de même sens. Le sens B est empr. au lat. chrét. (818-819, Règle de Saint Benoît, 43 ds NIERM.), lui-même issu du sens « ceux qui, pendant les offices, chantent dans la partie de l'église située autour de l'autel » (Isidore de Séville ds BLAISE). Fréq. abs. littér. : 2 368. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 3 318, b) 3 627; XXe s. : a) 4 466, b) 2 607.

Plusieurs chanteurs interprétant une même partie musicale forment un chœur. Qu’ils soient des centaines ou une petite dizaine, découvrons comment cette formation s’organise.

Chœur ou chorale ? 

Les deux ont le même sens, avec une nuance… Le chœur rassemble en général des choristes professionnels et rémunérés, recrutés par une institution ou un organisme officiel (église, théâtre, opéra, région…). Tandis que la chorale désigne davantage des amateurs, souvent bénévoles. Entre les deux, on trouve le terme « ensemble vocal » qui représente un groupe d’amateurs plus petit et/ou avec une exigence musicale plus grande.
Comment s’organise un chœur ? 

Un chœur est un ensemble vocal dont les chanteurs interprètent collectivement une partie musicale au sein d’un pupitre et sous la direction d’un chef de chœur. Il en existe différents types : 

  • - des chœurs d'hommes

  • - des chœurs de femmes,

  • - des chœurs mixtes assemblant des voix de femmes (aiguës) et des voix hommes (graves),

  • - des chœurs d’enfants (où les voix sont égales).

Chaque formation s’organise en plusieurs groupes : les « pupitres » ou les « voix ». Ils rassemblent des choristes ayant les mêmes tessitures. Par exemple, une chorale mixte présente généralement 4 pupitres : 

  • - 2 féminins : soprano et alto

  • - 2 masculins : ténor et basse

Dans les chœurs importants, les pupitres peuvent être dédoublés ou détriplés, les choristes chantent alors en polyphonie. Un chœur peut aussi comprendre un seul pupitre : le chœur chante alors à l’unisson, tous les choristes interprétant une mélodie identique. Enfin, un groupe dont chaque pupitre n’est tenu que par un choriste, ne s’appelle plus un chœur, mais un ensemble de solistes.

Qu’est-ce qu’un chœur symphonique ?

Un chœur, également appelé chœur, est un ensemble vocal ou un groupe de personnes qui chantent. Un chœur se compose généralement de plus de huit personnes et peut être classé en fonction des types de musique interprétés, du nombre de parties incluses et du fait que le groupe soit composé d’hommes, de femmes ou des deux. Un groupe de chanteurs qui interprètent une grande variété de littérature musicale complexe est souvent appelé chœur symphonique.